Diwan Berthion

Chat_peau_de_melon Diwan Berthion a des cheveux sur la tête et cinq doigts à chacune de ses mains, il se protège les pieds avec des souliers quand il marche, mange quand il a faim, transpire quand il a chaud, rien d’anormal.
D'aucuns disent que son imagination est sans borne, il l’a prouvé des centaines de fois dans son activité professionnelle de designer où il excelle, il frôle parfois même la folie.
Aujourd'hui il prend le temps de mettre en ordre ses idées en mettant bout-à-bout des mots et encore des mots sur du papier, mots qu’il ruminait depuis des années.

Chat peau de melon

Symbiose

Roman

Résumé

Symbiose Symbiose est l’histoire d’un homme et d’une femme, rien de nouveau, rien d’original, Lelouch en son temps en a fait un film magnifique.
Cette femme et cet homme, chacun d’eux a sa vie propre, socialement bien remplie. Imaginez que ces vies soient réduites à deux points animés chacun d’un mouvement sinusoïdal différent, qui en fonctions de leur trajectoire propre se rencontre parfois, se sépare et se rencontre à nouveau au fil du temps.
Cette femme, cet homme se connaissent depuis maintenant quinze ans, sans que leur entourage proche le sache. Ils se voient de temps à autre au gré de leurs envies, à ces occasions ils communient, ils fusionnent, dans des envolées symbiotiques violentes.
Ensemble ils courent aux quatre coins de la planète, d’autre fois ils voyagent à très haute altitude sans quitter les draps chiffonnés de leur lit.
Cette histoire raconte une année de leur vie, ou toutes leurs habitudes s’érodent, implosent, pour en fin de compte souder ce couple plus efficacement que les liaisons entre les protons et les neutrons d’un noyau d’un atome de matière.

La Danseuse II,  de Joan Miró.   1925
The Rosengart Collection, Lucerne.

Tueur

Roman

Résumé

Tueur Tueur est la radiographie d’une vie ratée, celle d’un homme dont le poids de son destin l’écrase au point de diriger sa vie vers l’enfer.
Impossible de détourner sa vie des rails du destin, impossible de vivre autre chose que ce qui est écrit dans le livre de la vie, implacable réalité que chacun de vous vit, sans s’en rendre compte, vous êtes les marionnettes du grand théâtre de la vie.
Il n’y a pas de conséquence tant que votre destin ne vous oblige pas à tuer...

Pablo Picasso.

GIC

Nouvelle

Résumé

GIC Ou onanisme, whisky et Rocck'n'roll.
Vous avez beau être timide, réservé, vous avez beau rester dans votre monde en prenant soin de ne déranger personne, de ne parler à personne, parfois, malgré vous, vous basculez dans l’absurde, qui si vous ne réagissez pas, ou mal, peut vous conduire aux frontières de la vie….

As de coeur

Nouvelle

Résumé

As de coeur Je reviens de New York où j’ai passé quatre jours, j’ai travaillé un peu sur un de mes trois romans en cours, quand le bruit de l’avion, ou la fatigue m’a fait déraper, bifurquer sur l’écriture de cette nouvelle.
Qui n’a pas un jour ressenti quelque chose envers un étranger qu’on a croisé au hasard de la vie. Une personne que dans la seconde on a aimée sans comprendre, puis, qui une fois croisée, est tombée dans les oubliettes de nos souvenirs ; enfin presque, car parfois on y repense, pas longtemps, mais on se demande…
oui, vous savez, qu’aurait été le déroulement des choses, si vous aviez fait demi-tour et que vous aviez parlé à cet(te) inconnu(e) ?

Mon 11 septembre

Nouvelle

Résumé

Mon 11 septembre La terre, la planète qui nous accueille depuis peu, est malade.
Elle est rongée par un mal sournois qui, petit à petit réduit à néant son formidable potentiel à donner la vie. Telle une pomme rongée par des asticots elle dépérit, et présente çà et là des marques indélébiles qu’a laissé le parasite qui l’a colonisé. Aussi petit et vulnérable ce parasite colonisateur est terriblement envahissant et agressif, il est capable des pires machinations pour arriver à ses fins.
La terre est malade de l’homme.
L’homme n’est rien sur terre, à peine une portion congrue, microscopique vermine. Sans la terre l’homme est perdu, dans un avenir proche il le constatera, en attendant « l’espèce humaine » s’entretue, se massacre pour des petits riens, pour des différences d’opinions, de croyance, d’intérêts ou de couleur de peau.
Je pense que sur terre l’homme est la pire des créatures, aucune ne peut la concurrencer en termes de cruauté gratuite, de bêtise, et d’incohérence pure.
À quoi bon se qualifier d’être supérieure quand, incapable de discuter entre nous, tuer celui qui est différent, qui ne pense pas pareil, est la règle.
Bien venu sur terre, profitez en bien, observez bien ce microbe qui ronge la terre car bientôt sa connerie congénitale l’aura tué.

Pour l'exemple

Nouvelle

Résumé

Pour l'exemple L’asservissement de l’homme part l’homme a de tout temps été utilisé. Aujourd’hui nous tremblons à la lecture des exploits d’Al-Qaïda ou des kamikazes se fond sauter, et nous, peuple dit « civilisé », nous nous en offusquons.
Sans remonter jusqu’aux croisades, ou à l’inquisition, nous avons, nous aussi, eu nos périodes sanglantes et abominables.
Certaines de ces périodes remontent à moins de cent ans, internet n’existait pas, l’information était filtrée par de hautes sphères autorisées, et l’on exécutait pour un oui ou pour un non, et ce, au nom de la France.
Comment peut-on aujourd’hui parler de la paille dans l’œil de certaines personnes qui nous gêne, alors que nous n’avons jamais remarqué la poutre dans l’œil de celles que nous chérissons le plus.
Absurdité, la terre est malade de l’homme, enfin, il sera assez bête pour se détruire tout seul.

Dessin,   de Jacques Tardi.  Casterman

L'égout et les odeurs

Nouvelle

Résumé

L'égout et les odeurs L’égout et les odeurs : Dialectique de la bêtise de la critique gratuite, l’ordre des choses et des genres doit, il me semble, être respecté.
Avant de chier il faut digérer, et avant de digérer il faut manger, c’est ainsi que nous fonctionnons, sauf exception.
L’art en général fonctionne un peu comme nous. Les critiques non contents de chier sur des œuvres et leurs auteurs, se permettent de s’octroyer des droits qu’ils n’ont pas. Leur critique, telle une colique nerveuse est juste le reflet de leur bêtise et de leur peur de ne pas avoir les moyens de comprendre les œuvres qu’ils voient.
On ne piétine par l’art, l’art est indiscutable, il peut être incompris, aimé ou non, mais rien ni personne ne peut se permettre de critiquer l’art, et ceux qui le font abaissent l’art, au lieu de le porter vers des sommets, ils le lapident sur le pinacle de leurs bêtises.
La critique a pour seul résultat de plébisciter le critique, qui, comme un parasite, utilise les artistes pour essayer de briller à leur place, n’en déplaise messieurs les critiques je n’ai encore jamais vu de la merde briller.
Ce n’est pas le critique qui fait naitre l’artiste, ce n’est pas le critique d’art qui fait l’art, en revanche ce qui est certain c’est que sans artiste j’ai peur que votre profession de morpion juste bon à nous gratter les bonbons disparaisse et se dissipe comme l’odeur d’un pet malodorant.

La dictée

Nouvelle

Résumé

La dictée Un jour, un de mes multiples professeurs de français m’a dit que je ne réussirais jamais, qu’il est impossible de sréussir sans savoir ni lire, ni écrire.
Donc, à l’entendre, il suffirait que j’apprenne à lire et à écrire pour moucher ce puits de savoir. Dès lors à partir de l’âge de dix ans je me suis battu, aidé par une orthophoniste qui détecta une dyslexie importante, pour lire et écrire correctement.
Ma sueur et mes efforts ont été récompensés, car en parallèle de mon apprentissage un peu tardif du Français, je décuplais mes capacités en sciences et en mathématiques.
« La dictée » est juste un petit texte pour dénoncer un enseignement qui je l’espère n’existe plus, et qui, a dû massacrer nombre d’enfants qui n’ont pas eu la force ou la chance de prendre leur revanche comme j’ai pu le faire.
Il est vrai que je laisse dans mon sillage d’innombrable fautes d’orthographe, que parfois je dois travailler dix fois plus que les autres pour que mes textes tiennent debout, peut-être que tout aurait pu être différent si à sept ans lors de ma première dictée j’avais été simplement compris ou épaulé, mais ça c’est une autre histoire…

Le Désespéré,   de Gustave Courbet.   Huile sur toile de 1843-45, 45 x 54 cm
Collection particulière de Art BNP Paribas

Et dieu créa New York

Nouvelle

Résumé

Et dieu créa New York Parfois, nous vivons des moments tout ce qu’il y a d’ordinaires, mais par je ne sais quelle alchimie, quel processus mystérieux, ces événements qui, n’auraient dû être que banals voire négligeables, deviennent féeriques et exceptionnels à nos yeux.
Comment expliquer cela ? Faut-il essayer de le faire ? Au risque de perdre ces petits moments magiques.
Et Dieu créa New York est un moment de vie suspendu entre ciel et terre, moment intime, que vous trouverez peut-être puéril et négligeable, je le conçois parfaitement, mais pour moi, il en va tout autrement.
Il se peut que cette petite nouvelle sans prétention aucune, vous remémore quelques souvenirs insignifiants pour moi, mais qui pour vous seront d’une importance sans mesure, et auront impactés votre vie à jamais…

La Statue de la liberté de New York.  Prise par Diwan Berthion en 2008

85 B

Nouvelle

Résumé

85_B La maigreur outrancière est devenu un but en soit, avoir la ligne est devenu le premier réflexe en se levant le matin : allé encore un peu de poids à perdre.
Dit chérie, tu trouves pas que mes nichons sont trop petits ?
Voilà le paradoxe de l’incompréhensible. Aujourd’hui une femme doit être filiforme avec une paire de mamelles dispro-portionnée, pour ressembler aux phénomènes de foires qui s’exhibent dans les magasines.
Mais c’est quoi cette connerie ! C’est la dictature du bistouri…

Solennelle

Nouvelle

Résumé

Solennelle Dans la vie des choix sont à faire, des réponses sont à don-ner, parfois dans certaines situations de la vie, une réponse entendue, traditionnelle, est attendue.
Le mariage en fait parti, un « oui » collégial est plutôt bien venu et souhaité.
Imaginez que cette réponse attendue n’arrive pas, et qu’une réponse inverse soit formulée, qu’elle serait votre rection ?

Marie

Nouvelle

Résumé

Marie Quand on est en danger, on appel au secours.
Au secours !
Quand on a un accident on téléphone au SAMU.
Allo, le 15…
Quand vous êtes le jouet de ce dieu, soit disant tout puissant, que vos cris d’alerte, vos appels désespérés au secours sont étouffés par votre souffrance, que doit-on faire.
Je vous le demande, que doit-on faire…

Photos Libres

The end

Nouvelle

Résumé

The end The end. La fin.
Nous contrôlons beaucoup de chose dans nos vies, mais il y en a une qui jamais ne se laissera dompter.
Vous êtes aujourd’hui en pleine forme, vif d’esprit, et vos muscles répondent à vos ordres. Mais qu’en sera-t-il demain ?
La science fait des miracles, miracles trouvés ça et là sur le chemin étroit de la connaissance. Mais trop souvent elle s’égard sur des pistes sans issue, et laisse sur le coté tant de gens, que nos cimetières en débordent.
Savez vous quand et comment vous prendrez votre dernière barque, souffrirez-vous, ou au contraire serez vous joyeux. J’en sais rien, vous n’en savez rien, personne n’en sait rien.

Photos Libres

A tout à l'heure

Nouvelle

Résumé

A tout à l'heure Un jour, quand vous étiez enfant, votre mère vous dit : à tout à l’heure.
Elle s’en va, puis elle ne revient pas, ou pas dans le délai qui vous semble acceptable pour quantifier un « à tout à l’heure ».
Qu’est-ce qui a pu la retenir, qu’est-ce qui a fait qu’elle a menti…

Photos Libres

Olivier

Nouvelle

Résumé

Olivier Olivier, avant qu’il ne devienne le titre de cette nouvelle, et accessoirement un chapitre de Symbiose, était le prénom d’une personne que je connaissais très bien.
Ce texte n’est pas une fiction, ce texte n’est pas une histoire inventée dans mon grenier glauque où j’écris. Non, ce texte est tout simplement une tranche de ma vie, tranche douloureuse que je cherche à exorciser par le biais de l’écriture.
De fait, depuis qu’Olivier est devenu autre chose qu’un être vivant de chair et de sang, depuis qu’Olivier est devenu cette courte nouvelle, j’ai l’impression de ne pas avoir vécu ce drame, de n’avoir jamais connu Olivier, et d’avoir inventé cette histoire.
Et pourtant…
Prenez ce texte comme bon vous semblera, quelque part, cela m’est complètement égale. Que vous trouviez ce texte bon, ou au contraire que vous le trouviez mauvais, cela n’enlèvera plus les souvenirs merveilleux de mon meilleur ami qui, un matin de novembre, est mort à mes côtés.

Un jour on aura du bonheur

Nouvelle

Résumé

Un jour on aura du bonheur Un jour on aura du bonheur, ou mémoires d’un puceau, ou d’une pucelle.
Dans la vie, certaines étapes sont immanquablement à franchir :
La naissance, la mort, l’école et ses diplômes, le permis de conduire en sont quelques exemples.
Il y a une étape particulière qui nous marque à jamais, elle intervient sans que vraiment on ne s’y attende, parfois redoutée, parfois souhaitée et attendue, d’autre fois malheureuse, imposée ou monnayée.
L’apprentissage est source de doutes, d’hésitations, de maladresses, quoi de normal quand on apprend.
Le sexe ne fait pas exception à cette règle, bien au contraire, car la vie moderne ne nous aide pas à nous défaire de l’emprise des chaînes de ses tabous ce qui décuple nos inhibitions.